Rechercher

Bravo Franky. Mais pourquoi il y a toujours quelqu'un pour critiquer ?

Mis à jour : 9 août 2019

Bravo Franky Zapata ! Ce dimanche 4 aout 2019, il est rentré dans l'histoire : il est le premier "homme volant" à avoir traversé la Manche. Après un premier échec, il a su rebondir (ou redécoller). Une grande leçon de pugnacité et de courage. Mais que viennent faire les critiques dans cet exploit ?



J'ai été très surpris de lire ou d'entendre des phrases toutes faites, du style : "Il n'y arriveras pas" - "Il s'est déjà planté" - "Mais à quoi sert son engin ?"...

Bref, je veux arrêter là, car le "bon sens français" a encore frappé fort cet été.




Pourquoi dénigrer une innovation française ? Il faut savoir que l'inventeur "fou" nommé Zapata n'est pas un clown. Il a été contraint d'arrêter ses tests dans le Sud de la France, car les autorités ne connaissaient pas son "flyboard". Donc aucune réglementation sur cet OVNI, donc interdiction de vol, même sur un terrain militaire où aucun citoyen, ni même militaire, risquait de se retrouver écraser par l'homme volant. Franky a souhaité alors développer sa machine de l'autre coté de l'Atlantique, avant de revenir sur sa décision, trouver un financement en France et faire une démonstration magistrale le 14 juillet dernier. L'armée française s'intéresse à lui et son innovation. Tant mieux.


À force de dénigrer les innovations françaises, elles partent ailleurs. D'accord, nul n'est prophète dans son pays, mais est-il plus facile de critiquer que d'innover ? En tout cas, la critique est facile. Elle ne nécessite aucune connaissance particulière.

Cet état d'esprit est assez désespérant. Si vous ne réussissez pas vos projets, on vous colle un étiquette et tant pis pour vous. Merci au travail fait par 60 000 rebonds ou les rebondisseurs français pour changer cet état d'esprit. On peut se tromper MAIS on peut aussi réussir. Franky Zapata nous l'a démontré.


Et si nous revenions quelques années en arrière. Le minitel : vous vous souvenez ? Nous étions le seul pays au monde à avoir cet objet connecté qui nous a beaucoup apporté. La critique, alors que des millions de Français l'ont utilisé, a été que "le minitel a freiné le développement d'Internet". Et alors ? Aujourd'hui, nous sommes un pays au monde qui offre certainement le plus de services web pour des coûts réellement abordables. Reste à lutter contre la fracture numérique dans notre pays. Mais merci le minitel !


Remontons le temps. Le standard de télévision analogique "made in france" SECAM beaucoup plus "dynamique" (meilleur image) que le PAL son concurrent. Nous l'avons longtemps exploité, avec bonheur, avant la TNT. Mais le format a été critiqué violemment. À tel point qu'il n'a jamais était exporté, que la France n'a pas pu en profiter. Le PAL est devenu la norme internationale. Et nous ne l'avons pas inventé ce PAL...

Toujours dans le domaine de la télévision en France. Fin des années 80 nous savions diffuser des émissions en HD (D2MAC) avec un satellite accessible à tous, diffusant notamment les programmes de "La Sept" (l'ancêtre d'Arte) en HD ! On l'a vite enterré.

Nous pourrions parler de l'Alphapage, du BeBop, du TGV et autres innovations, qui, à leur manière, ont fait progresser nos technologies "made in france"...


Alors aujourd'hui, c'est le cloud souverain français qui s'arrête. De quoi donner aux "critiqueurs" professionnels du grain à moudre. C'est vrai que lorsque l'État veut lancer de grands projets technologiques, on peut être déçu, à juste titre, mais laissons nos entreprises innovantes créer, inventer, s'envoler.

Soyons fiers de ce qui se fait dans ce pays.


Michel Picot




Ce site est édité par MPB2A LA FABRIQUE DE CONTENUS   Mentions légales