Rechercher

Brexit : l'inquiétude des Hauts de France


Le 29 mars prochain, il sera trop tard. Si aucun accord n'est trouvé, ce sont les règles de l'Organisation Mondiale du commerce qui s'appliqueront. Autrement dit les droits de douanes s'appliqueront notamment sur les automobiles explique la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Internationale. Or, l’exportation de véhicules est un des secteurs les plus performants avec les produits cosmétiques et chimiques, ainsi que l’agroalimentaire.


En 2017, le solde commercial entre la région et la Grande Bretagne s'élevait à 2 milliards d'euros d'où l'inquiétude des acteurs économiques des Hauts de France.


Au total « Pas moins de 5.500 entreprises commercent régulièrement avec le Royaume-Uni et parmi elles, elles sont 2.200 à être très dépendantes de ce commerce », précise Philippe Hourdain, président de la CCI de région.


C'est simple, la date du 29 mars 2019 approche et, à en croire, le président de la Région, Xavier Bertrand, « si on continue, on va dans le mur ».


Soulignons toutefois qu'un Brexit dur pourrait inciter de nombreuses entreprises britanniques à investir dans les Hauts de France. Mais à ce jour, nul ne sait...


Ce site est édité par MPB2A LA FABRIQUE DE CONTENUS   Mentions légales