Rechercher

Selectra lève 0 euro !

Communiqué original de Selectra pour souligner les risques voire l'utilité d'une levée de fonds. Extraits :


"Alors que les startups rivalisent en communication dans les montants levés, on peut se demander si la levée de fonds n’est pas devenue un objectif en soi, au mépris de la rentabilité pérenne de l’activité." (NDLR : Pas faux !)



La situation rappelle dangereusement les prémices de l’éclatement de la bulle Internet des années 2000. Selectra, un porte-étendard français de l’écosystème startups avec 800 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 36 millions d’euros, reste en-dehors du mouvement et appelle à la vigilance.

La levée de fonds est un moyen et non une fin

La tendance générale est à la célébration de la levée de fonds comme un moment de réussite suprême, amenant de surcroît un fort intérêt médiatique. Bien souvent, les sommes levées ne sont pas gérées aussi parcimonieusement que si elles avaient été investies par l’entrepreneur lui-même et les dirigeants considèrent les sommes levées comme du cash à dépenser. Pourtant, la levée de fonds est en réalité le début d’un difficile parcours visant à rendre l’activité rentable sur le long terme afin de construire des assises solides pour l’avenir.

Une nouvelle bulle Internet ?

Abondance de liquidités, taux d’intérêt très bas, envol des valorisations de l’univers tech et startups, levées de fonds géantes… La situation actuelle commence à rappeler celle de la bulle Internet des années 1995-2000, qui avait éclaté notamment sous l’effet de la hausse des taux d’intérêts américains, un mouvement qui se profile dangereusement à nouveau aujourd’hui.

"Dans ce contexte, Selectra fait figure d’exception" précise ce communiqué.


Rentable depuis toujours, la startup est détenue à 100% par ses cofondateurs. Ayant depuis toujours privilégié une gestion prudente des dépenses, Selectra vise pourtant une position de leadership mondial sur ses activités et progresse rapidement vers cet objectif, avec un chiffre d’affaires 2018 en hausse de 43% avec 36 millions d’euros.


Nous n’avons pas de pétrole mais nous avons des idées” indique Xavier Pinon, cofondateur de Selectra. “Nous encourageons nos équipes à faire preuve de talent, de débrouillardise et d’inventivité pour faire mieux avec moins, sans pour autant se priver des investissements vraiment utiles, y compris à très long terme”. (NDLR : On est d'accord, mais ce n'est pas toujours facile à faire !)


> Selectra facilite la comparaison, souscription et gestion des contrats de la maison pour rendre le monde moins cher, plus vert et sans paperasse. En deux mots, Selectra fait des comparaison de prix et de services sur tout ce qui concerne votre maison (éléctricté, internet, assurance etc...)

Ce site est édité par MPB2A LA FABRIQUE DE CONTENUS   Mentions légales