RENCONTRE : THIERRY WILLIEME => BIENVEILLANCE ET PERFORMANCE

Une rencontre originale dans les rues de Paris. Rencontre avec Thierry Willième. 

Il a  été CEO de GE Capital France, présent dans nombreux conseils d’administration, il donne des conférences dans les entreprises sur les nouvelles formes de management et il est le  Président du Comité Stratégique de International Clean Tech Week, dont la prochaine édition aura lieu en juin prochain (2019) à Annecy. Il s’agit du festival des innovations technologiques vertes et durable.  Une rencontre pour parler de Bienveillance et Performance en entreprises. mais est-ce compatible ? 

Mais d'autres questions se posent ? Est-il aujourd'hui obligatoire d'être bienveillant ? Qu'est-ce que cela apporte ? La RSE n'est-elle pas suffisante ? (sachant qu'elle est obligatoire uniquement dans les grands groupes)

Nous l'avons rencontré peu après sa conférence lors d'un petit-déjeuner organisé par le cabinet de management de transition Procadres International

Question : l'éthique est toc ? 

« Si l’éthique est toc alors ça ne peut pas fonctionner. L’éthique part de l’authenticité de l’intention. Sans éthique, il peut y avoir des drames et ces drames ont des noms : Enron ou Arthur Andersen. », Thierry Willième.

Comment faire ? Sincérité avant tout ? 

« Quand il n’y a pas de sincérité, la performance diminue. Ça part du coeur de l’homme et de l’intention. Un exemple : chez Google, 50% des inventions sont réalisées sur les 10% du temps de travail où les ingénieurs peuvent faire les recherches qu’ils souhaitent. Voilà un exemple de motivation intrinsèque. Ils ont fait ce qu’ils avaient envie de faire et il en résulte un gain pour la société. »

« Le monde du management a complètement évolué. On est dans une époque où vous rencontrez des jeunes qui en savent plus que vous sur pas mal de sujets. Jusqu’à présent, l’information était le pouvoir. Or aujourd’hui les digital natives ont l’information en même temps que vous. Le rôle du management va donc passer du savoir-faire au savoir-être. Le manager-sachant va devenir un manager-aidant pour co-construire l’entreprise. Le management top-down est un modèle terminé. », Thierry Willième.

=> «Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde.»

 

Gandhi

Pardon pour la qualité sonore, nous sommes en pleine rue ! 

Ce site est édité par MPB2A LA FABRIQUE DE CONTENUS   Mentions légales